Avez-vous déjà demandé à vos collaborateurs ce qu’ils attendent de vous en ce moment ?

Empathie

Avez-vous déjà demandé à vos collaborateurs ce qu’ils attendent de vous en ce moment ?

Il est indéniable que nous vivons la crise la plus inattendue et la plus perturbatrice de ces dernières décennies ; probablement rien n’a autant changé notre mode de vie quotidien que la pandémie de Covid-19 depuis la Deuxième Guerre mondiale. L’éloignement social, la nécessité de travailler à domicile, la réduction de la plupart des activités qui, jusqu’à récemment, étaient notre normalité, ont eu un impact total sur chacun d’entre nous.

La (petite) distance qui existait entre la vie professionnelle et la vie personnelle a été définitivement réduite à zéro, avec des millions d’enfants à la maison, des parents travaillant souvent à la table du salon et une distorsion des temps et des manières qui nous a tous rendus plus « visibles », plus humains si vous voulez, certainement privés de la sécurité de la hiérarchie d’un bureau.

Deux réactions se manifestent spontanément en temps de crise : la peur, l’insécurité et la résignation, ou la participation active et le désir de contribuer à la recherche d’une solution.

Jamais auparavant l’attitude de ceux qui sont appelés à exercer un leadership au sein de l’entreprise n’a fait une telle différence dans les réactions de leurs employés. C’est un effet-miroir : les employés, surtout lorsqu’ils se sentent perdus et en insécurité, ont tendance à se tourner vers leurs dirigeants pour être rassurés et confirmer leur rôle. Et une fois qu’ils sont rassurés, ils font preuve d’une résistance et d’une résilience extraordinaires.

exercer le leadership
Et comment soutenez-vous vos collaborateurs ?

Selon une enquête menée par l’entreprise américaine Gallup en 2020, seuls 45 % des salariés perçoivent que l’état d’esprit des employés est important pour l’entreprise. Cela fait que l’empathie et la manifestation de ses propres humeurs, ou de leur compréhension chez les autres, sont perçues comme une faiblesse, qui amènera les autres à profiter de ceux qui les manifestent. Les gens cachent leurs sentiments, se concentrent sur l’efficacité et la productivité, et vivent l’entreprise comme une obligation, et non comme le lieu où l’on peut faire ressortir le meilleur de soi-même. Il est facile de voir comment un tel état d’esprit devient facilement la « pépinière » des épisodes de burnout.

Comment inverser cette tendance ?

Ce processus doit commencer avec le chef de l’équipe, le propriétaire de l’entreprise, le directeur.

1. Un plan d’action clair 

Avoir un plan d’action clair dans la gestion – également émotionnelle – de ses collaborateurs devient un aspect primordial. La même enquête montre que seuls 39 % des salariés estiment que leur dirigeants ont un plan d’action clair à leur communiquer.

2. Reconfirmer les rôles de chacun

Prenez le temps pour reconfirmer le rôle et les objectifs attendus par chacun de vos collaborateurs. Notre monde a tellement changé, comment pouvons-nous être sûrs qu’aucun nouveau doute ou insécurité n’est apparu dans notre équipe ?

3. Une communication constante

Darwin nous apprend que ce n’est pas le plus fort qui gagne, mais celui qui s’adapte le mieux. Si notre organisation possède cette qualité extraordinaire, si elle la développe, si elle teste de nouvelles options pour ses opérations, il est d’une importance capitale que le dirigeant en informe ses employés à un stade précoce. Ils auront ainsi le sentiment de faire partie de la solution et voudront y contribuer avec enthousiasme.

4. Veillez au bien-être de vos collaborateurs

Prenons-nous soin de l’état émotionnel de notre équipe ? Ou bien sommes-nous trop concentrés sur les aspects financiers de l’entreprise ? Le principe fondateur qui guide toutes les activités de OSM est que la véritable richesse d’une entreprise est représentée par les personnes qui y travaillent. Près de 30 ans d’expérience dans le domaine des ressources humaines nous amènent à affirmer avec conviction que jamais auparavant des équipes cohésives et alignées n’ont fait la différence (et non des attaquants libres, même s’ils sont champions).

Comment mettre ces points en pratique au sein de notre entreprise ?

La première chose que nous devons faire est de mesurer la perception qu’ont les employés de ses dirigeants, de leur implication dans l’entreprise, de ce dont ils ont vraiment besoin en ce moment pour donner le meilleur d’eux-mêmes.

Nous avons mis au point une enquête qui, en deux jours, vous permettra de vous faire une idée de la façon dont vos collaborateurs perçoivent notre direction en ce moment, de ce qui les inquiète et de ce qu’ils attendent de nous.

Contactez-nous pour plus de détails !